Prendre du muscle avec les hormones de croissance pour les femmes

Lorsqu’ils sont associés dans une même phrase, les termes hormone et musculation font souvent penser à des produits dopants. Or, il est bien possible de prendre du muscle sans avoir à recourir à de tels artifices. À ce sujet, les hormones de croissance sont un moyen efficace chez les femmes pour construire leur masse musculaire. Découvrez à travers cet article les hormones de croissance qui contribuent à la prise de muscles chez les femmes.

La testostérone

La testostérone est une hormone qui intervient directement sur les muscles. En effet, elle régule la prise de masse musculaire et permet de perdre du poids. Disposer d’un niveau élevé de testostérone a un effet positif sur le corps et sur la santé. De plus, la testostérone favorise l’augmentation de la synthèse protidique. Cependant, elle est en principe produite par les testicules chez les hommes.

Il est recommandé aux femmes de se reposer de façon suffisante afin que leur consommation corporelle en testostérone ne soit pas entravée. Par conséquent, elles doivent dormir suffisamment et éviter le surentraînement afin de permettre à leur corps de récupérer. Une intense séance d’exercices affecte en effet les tissus des muscles. Le non-respect de ce principe réduit de manière considérable le taux de testostérone.

Un autre élément important reste le besoin à combler. L’entraînement musculaire implique de manger plus que son déficit en calorie. Sans une quantité conséquente de testostérone dans le corps, la masse musculaire des femmes se met à baisser. Pour cette raison, il vaut mieux réajuster son programme hormonal à l’aide d’un simulateur nutritionnel. Fort heureusement, la médecine permet aux femmes d’augmenter leur masse musculaire via une injection intraveineuse de testostérone.

L’IGF-1 et l’hormone de croissance

L’IGF-1 est une hormone anabolisante. Elle a pour effet de brûler les graisses présentes chez les femmes ainsi que chez les hommes. En plus de cela, l’IGF-1 est un catalyseur, car elle favorise la création de certaines substances indispensables au développement du corps humain (protéines, de lipides et glucides).

LIRE AUSSI:  Quels exercices pour se muscler le dos ?

L’IGF-1 est une hormone produite par le foie qui a des répercussions sur la croissance musculaire. Elle est donc indissociable de l’hormone de croissance. De plus, elle stimule les cellules avoisinantes des muscles sollicités lors de l’entraînement afin de garantir la récupération. Tout ceci contribuera à l’accroissement de la masse musculaire.

Le sommeil favorise également la sécrétion des hormones de croissance. La conséquence d’un temps de sommeil conséquent chez les femmes est l’augmentation des niveaux hormonaux. Cela implique par la même occasion une augmentation du taux d’IGF-1 dans le plasma sanguin.

Pour considérablement augmenter les niveaux hormonaux chez les femmes, il faut procéder à des séances d’effort court et intense. La fréquence de l’entraînement est également un facteur déterminant. Les femmes doivent également se nourrir en conséquence. Des efforts intenses associés à une bonne alimentation favorisent le développement des muscles. Des compléments alimentaires comme l’ornithine, l’arginine ou le zinc augmentent aussi la sécrétion des hormones de croissance durant la phase de sommeil.

L’insuline

L’insuline est un élément important pour l’approvisionnement en énergie du corps humain. Elle est produite en réponse à l’ingestion des glucides et des protéines. De plus, l’insuline possède un effet anabolisant. Elle agit par conséquent sur le stockage des graisses et la construction des muscles. Elle stoppe la destruction des muscles : c’est l’effet anti-catabolique.

En définitive, pour développer ses muscles en ayant de bons niveaux hormonaux, il faut manger conséquemment. Un bas niveau calorique est inévitablement un frein à la croissance musculaire et un facteur de baisse significative des hormones anabolisantes. Il en résulterait une perte d’énergie de la femme traduite par un affaiblissement général. Les hormones de croissance à elles seules ne peuvent pas garantir une prise de muscle. Elles doivent être associées à un bon niveau de sommeil pour produire les effets escomptés. Enfin, il faut savoir bien espacer les séances d’entraînement à travers une planification adaptée.